Reproduction d'un chapitre de « Voyage botanique en Corse » par M. R. de Litardière publié dans le bulletin de l'académie internationale de géographie botanique



Punta Artica
(1 et 2 Août 1908)


La Punta Artica (2329m) est le sommet le plus élevé de la crête qui sépare le Niolo du bassin du Tavignano.
Pour en faire l'ascension de Calacuccia, on doit aller coucher aux bergeries de Cerasole, situées à la lisière supérieure de la forêt de Cerasole, au-dessus de Casamaccioli.
Une petite route de 3 kil. relie Calacuccia à Casamaccioli (850m), village assez important, entouré d'une belle châtaigneraie. Le sentier muletier remonte ensuite la rive droite du petit torrent de Cerasole, et s'engage dans la forêt, où il devient fort raide.
Jusqu'aux bergeries, situées à environ trois heures et demie de mulet de Calacuccia, je n'ai pu noter d'intéressant, le long du torrent, que Doronicum Corsicum Poir.
Il faisait encore grand jour quand nous arrivâmes aux bergeries de Cerasole (1410m) et je pus recueillir dans les alentours :
               Chenopodium Bonus-Henricus L.
               Ruta Corsica DC. {le « Nizio» des bergers)
               Nepeta agrestis Lois (C.)
               Veronica brevistyla Moris.

Dès l'aube, mon guide Lucciani et moi, nous quittions les bergeries. Le sentier, après avoir dépassé les derniers laricios, s'élève dans des fourrés d'aulnes entrecoupés de petits espaces couverts de buissons de genévriers. C'est une des parties les plus pénibles de l'ascension, et lorsqu'on atteint les rochers du Capo Facciata on pousse un véritable soupir de soulagement ! Au milieu des aulnes se rencontrent quelques pieds de Sorbus Aucuparia L. var. glabra (Gilib.) Burn. et d'Acer Pseudoplatanus L. Dans les rochers et les arènes granitiques du Capo Facciata (2117m) croissent :
               Cerastium arvense L. var.laricifolium (Vill.) Car. et Saint-Las. s. var. Pallasii (Vest). R. et F.
               Saxifraga Pedemontana All. var. cervicornis (Viv.) Engl. s.-var. pulvinaris Briq.
               Potentilla crassinervia Viv. α genuina. R. et Cam.
               Epilobium angustifolium L. (E. spicatum Lam.)
               Epilobium anagallidifolium Lam. var. Heribaudi Lévl. forma laxum Haussk.
               Armeria multiceps Wallr.
               Scabiosa lucida ViII. var. mollis G. G.
               Helichrysum frigidum Willd.
               Hieracium Berardianum Arv.-Touv.

Le Capo Facciata est séparé de la Punta Artica par une vaste échancrure, la Bocca di Sfromboli (2087m), allusion au vent violent qui y souffle sans cesse; c'est le col de Frame (nom absolument inconnu dans le pays) de la carte de l'Etat-major, un des plus élevés de la Corse. Il est couvert de graviers où l'on peut récolter :
               Nardus stricta L.
               Tunico. Saxifraga L. var. bicolor (Jord. et Fourr.) F. N. Williams
               Dianthus virgineus L.
               Sagina pilifera DC.
               Astrocarpus sesamoides Gay
               Armeria multiceps Wallr.
               Plantago insularis Nym.
               Chrysanthemum tomentosum Lois.
               Hieracium Kralikii Rouy.

Ce n'est pas sans surprise que j'ai vu là deux plantes de la région plutôt chaude, comme ce Tunica et ce Dianthus, croissant côte à côte avec une plante vraiment alpine comme le Chrysanthemum tomentosum Lois.
La Punta Artica, qui se dresse en face, est une pyramide triangulaire formée presque jusqu'au sommet d'une masse énorme de gros blocs granitiques qui s'appuie vers le haut sur une petite arête rocheuse. Le sommet lui-même est un petit plateau de graviers sur lequel s'élèvent quelques blocs surmontés par un cube de triangulation.
L'horizon était assez clair ce jour là, et je pus admirer un superbe panorama: tout le Niolo, avec le Monte Cinto, le Capo Bardato, les Cinque Fratri, la dent gigantesque de la Paglia Orba, puis toutes les crêtes du Monte Rotondo, le golfe de Porto, la côte jusqu'à Ajaccio et à mes pieds du côté du S.-O. le gracieux lac de Nino.
L'exploration des graviers et des rochers me fournit :
               Phleum alpinum L. var. commutatum (Gaud.) Cariot
               Agrostis rupestris All.
               Poa laxa. Hænke var. pallescens Koch
               Cardamine resedifolia L. var. platyphylla. R. et F.
               Thlaspi brevistylum Jord,
               Sedum repens Schl.
               Sedum brevifolium DC.
               Saxifraga Pedemontana All. var. cervicornis (Viv.) Engl.
               Geum montanum L.
               Alchimilla saxatilis Bus.
               Alchimilla transiens Bus. var. Corsica. Bus.
               Ligusticum Corsicum G. G.
               Armeria multiceps Wallr.
               Veronica fruticans Jacq. (V. saxatilis Scop.)
               Euphrasia Salisburgensis Funk.
               Phyteuma serratum Viv.

En suivant la crête, parallèlement à la vallée du Tavignano, j'ai le plaisir de ramasser deux pieds seulement d' Erigeron uniflorus L.
Nous redescendons dans un petit cirque encombré d'énormes éboulis morainiques et de petits névés. Dans les parties plus fines des éboulis, surtout près de la neige, croissait en abondance, vers 2250m, un joli petit Taraxacum, que M. Rouy considère comme appartenant au T. Pacheri Sch. Bip (1).
J'y récolte aussi :
               Phleum alpinum L. var. abbreviatum Gaud.
               Sagina subulata Presl. Subspec. S. Revelieri (Jord. eL Fourr.) R. et F. s.-var. glandulosa R. et F.
               Sedum repens Schl.
               Epilobium anagallidifolium Lam.
               Gnaphalium supinum L. var. subacaule Vahl.

Après avoir déjeuné, nous repartons à midi et demie pour regagner la Bocca di Sfromboli. Dans des fentes de rochers, vers 2140m, je puis encore récolter, pour clore cette belle herborisation : Cryptogramme crispa (L.) R. Br. et Phegopteris Dryopteris (L.) Fée; et vers cinq heures nous rentrons à Calacuccia.

(1) M. Rouy accompagnait sa détermination des réflexions suivantes :
« J'ai vu dans mon herbier qu'on ne pouvait séparer vos échantillons du T. Pacheri Sch. Bip. , d'après les exemplaires authentiques. Vous savez que dans la « Flore de France », j'ai rattaché le T. Pacheri Sch. Bip. au T. alpestre DC ; j'estime toutefois maintenant que ce T. Pacheri mérite d'être distingué comme une variété du T. alpestre et je l'inscrirai comme tel dans les « Additions » du tome XI de la Flore, avec les caractères suivants:
Taraxacum alpestre DC. B Pacheri Rouy = T. Pacheri Sch. Bip. in Flora, 1821, p. 564. Plante presque naine, d'un vert plus foncé ; feuilles moins profondément roncinées ; folioles externes du péricline plutôt ovales-lancéolées qu'ovales ; corolles extérieures plus ou moins rouges en. dessous, dépassant peu le péricline. -Alpes; Corse. »

Liens vers les scans originaux : page 69 ; page 70 ; page 71 ; page 72, sur le site de la librairie digitale du jardin botanique de Madrid