Au sommet de Scandola


                La découverte des côtes de la presqu'île de Scandola fait l'objet de nombreuses propositions d'excursions maritimes, nous en avons d'ailleurs réalisées et vous en retrouverez quelques photos sur cette page. La réserve naturelle de Scandola est dominée par un sommet peu connu et d'accès pour le moins confidentiel : Capu Purcile. Pour ma part, en cherchant à tout hasard le nom de ce sommet sur Google, j'ai trouvé quelques éléments et surtout une trace GPS menant à ce belvédère sur le site tracegps.com. L'auteur y mentionne :
                « Un sommet extraordinaire au sommet de la presqu'île de Scandola cité dans le top ten Corse de Montagnes Magazine de l'été 2009. Réussi grâce à une grosse expérience, la carte 25000 et quelques cairns dissimulés ça et là : la trace et le GPS seront très précieux de même que de bons pantalons; mais quelle vue ! »
                Une telle description et la disponibilité d'une trace GPS de référence ont immédiatement propulsé Capu Purcile dans notre peloton de tête des sommets à explorer en Corse ! C'est d'ailleurs bien la première fois que l'existence d'une trace GPS sur Internet est le seul indice me permettant de programmer une randonnée (aucune carte à ma disposition ne mentionne de sentier dans ce secteur).
                L'aller-retour dans la journée depuis Bocca a Croce est long mais semble envisageable. Toutefois, compte tenu de températures à priori élevées liées aux altitudes modestes du parcours, nous avons jugé préférable de réaliser cette randonnée autant que possible en matinée. Pour faciliter un départ matinal, nous décidons de passer la nuit précédente à l'espace campement de l'étape Girolata du Mare e Monti. Voilà donc pourquoi cette randonnée apparaît dans le chapitre de nos sorties bivouac.


Réalisé d'après la carte IGN TOP25 4150 OT

Le profil du Trek
Téléchargez purcile.gpx, la trace GPS de la sortie avec 1101 cairns virtuels et 8 points d'intérêt (pour son utilisation, voir la page conseils)
Pour un affichage direct dans Google Earth : purcile.kml


Première étape : De Bocca a Croce à Girolata
Le mercredi 20 août 2014



                L'étape entre Bocca a Croce et Girolata est une portion du Mare e Monti bien décrite dans les topos, elle est donnée pour 1h45 : ce ne devrait donc pas être bien difficile, et nous décidons de partir relativement tard, notamment pour éviter la chaleur de l'après-midi. Vers 17h30, quelques places commencent fort opportunément à se libérer sur le parking de Bocca a Croce (la photo ci-dessous du parking vide a été prise de bonne heure le surlendemain). Face à nous, le rivage Sud du golfe de Porto, avec en exergue : Capu d'Orto flanqué de ses Tre Signore, les Calanches de Piana, et même Capu Rossu. En revanche, pour entrevoir notre objectif, Capu Purcile au Nord-Ouest du col, il faut trouver une éclaircie de la végétation un peu plus loin le long de la route.
                Vers 17h45, nous nous engageons sur le large sentier descendant progressivement, sous couvert végétal, vers une petite plage, Cala di Tuara. Nous croisons de nombreuses personnes qui remontent (ou qui pour certaines reviennent peut-être de Girolata). Comme souvent sur ces sentiers, quelques randonneurs manquent d'entraînement, et ont mésestimé les efforts pour remonter de la plage. En tout cas, nous sommes les seuls à contre-flux !
                En nous éloignant de Bocca à Croce, nous profitons d'une éclaircie de la végétation pour découvrir le rivage Nord du Golfe de Porto dominé par Capu Purcile. Derrière nous, voici Punta Castellacciu et Monte Senino, les deux sommets de la presqu'île située au milieu du Golfe de Porto. Après une bonne demi-heure de marche, nous arrivons à la plage de Cala di Tuara. Celle-ci commence à être désertée compte tenu de l'heure tardive. Même si l'environnement est splendide, cette plage de petits galets ne mérite peut-être pas d'y passer une journée. En tout cas, en Corse, nous avons trouvé bien mieux à moins d'une heure d'un parking !
                Nous décidons de poursuivre vers Girolata par le tronçon proche de la côte, plutôt que par celui qui s'enfonce un peu plus à l'intérieur (un peu plus long mais en meilleur état selon les topos). En tout cas, la qualité du sentier côtier ne pose pas de problèmes à condition de ne pas vouloir le parcourir en claquettes. Depuis la plage, le sentier est maintenant désert, il se fait un peu tard pour revenir de Girolata, ou d'ailleurs pour y alller ! Au détour d'une petite crête, nous découvrons ce hameau avec son fortin, son port et sa plage. Nous y arrivons autour de 19h15, et installons notre tente sur la pelouse du « Camping et Gîte de la cabane du berger » Si plusieurs groupes de randonneurs ont élu domicile dans les cabanes du gîte, les tentes sont plus rares, et nous disposons donc d'un espace confortable. Pour terminer la journée, nous nous offrons un dîner dans un des restaurants de Girolata, puis nous nous couchons de bonne heure pour faciliter un départ matinal.


Image aérienne de la presqu'île de Scandola prise neuf ans plus tôt ; Capu Purcile au quart droit Sur le parking de Bocca a Croce, face  nous, les Calanches de Piana et à droite Capu Rossu au-dessus des arbres Depuis Bocca a Croce, Capu d'Orto flanqué de E Tre Signore ; Capu di u Vitullu à sa droite Capu Purcile, l'objectif du trek, depuis Bocca a Croce En s'éloignant de Bocca a Croce, voici derrière nous Punta Castellacciu

En s'éloignant de Bocca a Croce, voici devant nous le versant Sud-Est de la presqu'île de Scandola et son sommet Capu Purcile La plage de Tuara, à mi-chemin entre Bocca a Croce et Girolata L'anse de Tuara, et sa plage située à mi-chemin entre Bocca a Croce et Girolata En approchant Girolata, regard en arrière vers Punta Castellacciu et Monte Senino

Le versant Sud-Est de la presqu'île de Scandola et son sommet Capu Purcile avec le fortin de Girolata à droite Zoom sur Capu Purcile, le point culminant de la presqu'île de Girolata Girolata, son fortin, son port devant la plage de Focaghia Le fortin de Girolata La plage de Focaghia et le port de Girolata







Deuxième étape : Aller-retour entre Girolata et Capu Purcile
Le jeudi 21 août 2014



                Après avoir laissé une partie de nos affaires dans la tente, c'est avec des sacs à dos plutôt légers (aux réserves d'eau près) que nous partons à l'assaut de Capu Purcile à 6h20 du matin. Le premier tronçon d'une durée de 20 minutes consiste à emprunter le Mare e Monti en direction de Galeria. Grâce au GPS, et à un cairn quelque peu discret, nous n'avons aucune difficulté à trouver l'embranchement de ce sentier en direction de Bocca a u Quarciu qui ne figure pas sur les cartes. La bonne surprise, c'est que cette première partie de l'itinéraire est suffisamment bien marquée pour éviter de se fourvoyer dans le maquis.
                Le sentier rejoint, puis après un lacet, chevauche une crête secondaire ; elle est indiquée sur la carte mais est moins visible sur le terrain. Les éclaircies de la végétation permettent de temps en temps d'admirer avec de plus en plus de hauteur le golfe de Porto et ses multiples facettes ; bientôt apparaissent vers l'Est les hauts sommets comme Paglia Orba ou Punta Minuta. L'empreinte du sentier devient par moment moins nette, et là où ce dernier quitte la ligne de crête, nous avons même tourné en rond pendant plusieurs minutes pour trouver la suite de l'itinéraire. Heureusement que le maquis n'est pas trop épais dans ce secteur, et que la trace GPS que nous avons en référence donne une indication précise sur la suite de l'itinéraire...
                Après avoir quitté la ligne de crête, le sentier redescend un peu puis remonte doucement en restant à flanc ; sa qualité s'améliore à nouveau ; pour franchir une zone quelque peu escarpée, il a même été consolidé avec des empierrements restés en parfait état. Pour gagner les derniers 100 mètres avant Bocca a u Quarciu, l'itinéraire devient à nouveau un peu plus raide, sans toutefois poser de difficultés. L'arrivée au col est superbe : non seulement nous dominons le golfe de Porto, mais nous découvrons aussi des portions de la côte Nord de Scandola, et notamment les roches rouges de Punta Palazzu. Au Nord-Est, nous constatons que la crête menant à Capu Licchia semble praticable, au moins dans sa première partie.


Le sentier Mare e Monti au départ de Girolata ; ce tronçon mène à Galeria Punta Scandola, l'extrémité Sud de la presqu'île de Scandola depuis le sentier Mare e Monti En arrivant sur la première crête, vue sur le fortin et le port de Girolata ; au loin à droite, Capu d'Orto Punta Castellacciu et Monte Senino en premier plan ; Capu d'Orto et Capu di u Vitullu au loin derrière Bocca a Croce Le rivage et le flanc Sud-Est de la presqu'île de Scandola depuis la première crête ; Capu Purcile au tiers droit

Zoom sur Punta Scandola, l'extrémité Sud de la presqu'île Zoom sur l'anse San Pellegrinu et Capu Rossu dont on devine la tour génoise En continuant à progresser sur la première crête, voici qu'apparaissent au loin les hauts sommets Zoom sur Punta Minuta (vers la gauche) et Paglia Orba (vers la droite)

Le fortin et le port de Girolata ; au loin, Capu d'Orto et Capu di u Vitullu A l'approche de Bocca a u Quarciu, vue sur les Calanches de Piana ; Capu Rossu à droite Punta Palazzu, la pointe Nord-Ouest de la presqu'île de Scandola depuis Bocca a u Quarciu Depuis le mi-chemin entre Bocca a u Querciu et Capu Puppiaghia, Punta Palazzu, la pointe Nord-Ouest de la presqu'île de Scandola Zoom sur la Marina et la tour génoise d'Elbo

Voici Capu Purcile depuis le mi-chemin entre Bocca a u Querciu et Capu Puppiaghia Nous venons de nous faufiler dans ces couloirs originaux... Le fortin et l'anse de Girolata depuis les environs de Capu Puppiaghia Zoom sur Capu Rossu avec sa tour génoise depuis les environs de Capu Puppiaghia


                En direction de notre objectif, le suivi de la ligne de crête semble moins évident, mais j'ai toute confiance, car lors de la préparation de la randonnée, j'avais constaté sur Google Earth que le maquis était maintenant beaucoup moins présent, et semblait remplacé par des dalles rocheuses plus facile à négocier. Bref, plus rien ne semblait s'opposer à la réussite de notre projet ! La progression s'avère un peu plus difficile que prévu, car même s'il n'y a pas d'obstacle majeur, la recherche permanente de la bonne option prend un peu de temps, et nous avançons à peine de 300 mètres durant la première demi-heure... certes, nous n'avons pas encore dû rebrousser chemin pour essayer de trouver un passage, mais cela a failli ! La trace GPS de référence nous a permis à chaque fois de rejoindre un cheminement acceptable. Ces petites difficultés ne nous ont pas empêchés de prendre quelques photos comme celles de Punta Palazzu, de la marine et de la tour génoise d'Elbo ou de Capu Purcile.
                Le clou du trajet a été la descente de la zone figurant sur l'antépénultième photo ci-dessus : nous nous sommes frayé un passage dans les minces couloirs de ces rochers aux formes originales. A cette endroit, Sophie a d'ailleurs commencé à douter... Il y avait peut-être moyen de les contourner, mais la densité de la végétation nous en a dissuadés ! En tout cas, le cheminement que nous avons suivi n'est techniquement pas difficile, et n'est pas exposé ; il faut surtout veiller à ne pas se coincer quelque part ! Après avoir pris le soin de baliser le couloir de sortie, nous reprenons le cap vers notre objectif.
                Arrivés dans le secteur de Capu Puppiaghia que nous contournons par le Nord, nous pouvons enfin visualiser la quasi-totalité du trajet restant à négocier, y compris la petite descente de quelques dizaines de mètres vers Bocca Acellaghia ; il s'agit de la dernière descente des petites montagnes russes que nous pratiquons depuis Bocca a u Quarciu. Plus aucun obstacle n'est visible : l'atteinte de notre objectif ne fait plus aucun doute ! Peu après le col, il nous restera toutefois un dernier petit challenge : une faille d'environ 3 mètres de profondeur nous barre la route ; nous mettons une dizaine de minutes pour finalement trouver un franchissement sans pas d'escalade.
                Nous arrivons au sommet à 9h45 après quelques 3h30 de randonnée pour réaliser les cinq kilomètres et les quelques 700 mètres de dénivelés positifs cumulés nous séparant de Girolata. Avec un vrai sentier, le parcours pourrait se faire en deux heures... Mais n'y aurait-il pas alors la foule qu'on retrouve par exemple à Capu d'Orto ? Le belvédère est tout simplement exceptionnel, tant vers la montagne que vers la mer ; on profite d'ailleurs encore mieux de la vue côté mer en s'éloignant du sommet direction Ouest sur une cinquantaine de mètres, sur une plate-forme à peine quelques mètres en contrebas.
                Le panorama ci-dessous de 180 degrés intègre les secteurs Ouest et Nord de la presqu'île de Scandola ; nous dominons parfaitement l'ensemble de son doigt Sud-Ouest s'étirant vers Punta Muchillina ; en revanche la racine de son doigt Nord-Ouest pointant vers Punta Palazzu est masquée par une antécime de Capu Purcile... Je regrette aujourd'hui de ne pas avoir tenté de réaliser les quelques 400 mètres qui nous en séparaient, d'autant plus que nous aurions alors également pu bénéficier d'une vue d'ensemble de l'île de Gargali. Depuis notre emplacement, cette île dont on aperçoit la tour génoise ne semble même pas détachée de la côte ! En revanche Punta Palazzu avec ses roches rouges, le bleu de la mer et le vert de la végétation est particulièrement photogénique ! Au nord, la tour génoise d'Elbo se distingue facilement, puis se succèdent Punta Nera, Punta Bianca, Capu di a Mursetta et Capo Cavallo.
                Au Sud, c'est bien sûr le golfe de Porto qui est en vedette : en son centre la presqu'île dominée par Monte Senino et au-delà, Capu d'Orto puis voici les Calanches de Piana s'étirant vers Capu Rossu et sa tour génoise de Turghiu.
                Côté montagne, le panorama est tout aussi large : en direction de Calvi, le chaînon comprenant notamment Capu Pianu et Capu di l'Argentella se profile au dessus de la côte ; Vers l'Est nous pouvons, malgré un peu de brume, identifier de nombreux sommets que nous avons visités : Capu Tondu, Capu a u Ceppu, Monte Corona, Punta Minuta, Paglia Orba, Punta di e Cricche, Capu a u Cuccula ou Capu San Petru.


Panorama sur 180° ; de gauche à droite, on peut reconnaître le long de la côte : Punta Muchillina (au Sud-Sud-Ouest de Capu Purcile), Cala di Gattaghia, l'île de Gargali sur laquelle on devine une tour génoise (l'isthme la séparant de la presqu'île de Scandola est caché), Punta Palazzu, la tour génoise d'Elbo, Punta Nera et Punta Bianca (au Nord-Nord-Est de Capu Purcile)

Punta Nera, Punta Bianca, Capu di a Mursetta et Capo Cavallo le long de la côte ; vers la droite, les reliefs au Sud de Calvi puis plus près, Capu Licchia Les hauts sommets à l'Est de Capu Purcile et notamment Punta Minuta et Paglia Orba avec leurs têtes dans les nuages Le golfe de Porto avec en son centre la presqu'île dominée par Monte Senino Au Sud sur l'autre rive du golfe de Porto, les Calanches de Piana se prolongeant vers la droite sur Capu Rossu

Punta Muchillina puis Cala di Gattaghia à sa droite ; au loin à gauche, Capu Rossu Zoom sur Cala di Gattaghia depuis Capu Purcile Zoom sur Punta Palazzu depuis Capu Purcile Zoom sur la tour génoise d'Elbo depuis Capu Purcile Zoom sur Capu Tondu (tout à gauche) et Punta di a Liternicchia au centre

Zoom sur Punta Minuta coiffée d'un nuage depuis Capu Purcile Zoom sur Paglia Orba coiffée d'un nuage ; plus près à droite, Capu a a Ghiallichiccia Zoom sur Punta Castellacciu et Capu Senino ; au loin, Capu d'Orto et Capu di u Vitullu Zoom sur Capu Rossu depuis Capu Purcile


                Après avoir admiré le paysage dans tous ses angles se pose la question : qu'allons nous faire maintenant ? Il est dix heures passées, il commence à faire relativement chaud, et plutôt que de redescendre sous la chaleur, je propose à Sophie de rester sur place, trouver un endroit à l'ombre et explorer tranquillement les environs, avant de rejoindre Girolata en fin de journée. Cette idée ne lui convient pas trop, et nous décidons donc de redescendre de suite vers notre campement, dans l'optique de poursuivre vers Bocca a Croce dans la foulée.
                Au début de la descente, hormis un petit écart nous faisant perdre cinq minutes, nous reconnaissons bien le cheminement, trouvons immédiatement le passage de la faille, franchissons Bocca Acellaghia, puis passons le travers de Capu Puppiaghia, avant de retrouver le passage dans les rochers. J'y retrouve la sortie du couloir que nous avions descendu, Sophie s'étonne que nous ayons pu passer la-dedans, mais le marquage que j'avais fait le confirme bien. D'ailleurs une fois engagés, la remontée ne pose aucune difficulté !
                Au niveau du dernier mamelon avant Bocca a u Quarciu, un grand rocher offre une zone d'ombre généreuse et fort appréciée car il commence à faire très chaud ; une excellente occasion pour déjeuner, car il est 11h30 et le petit déjeuner a été particulièrement léger ce matin ! Une petite demi-heure plus tard, nous reprenons notre cheminement.
                A partir de Bocca a u Quarciu, nous retrouvons notre sentier en descente puis à flanc de montagne, avec une température maintenant très élevée, car ce versant est exposé au Sud et il n'y a pas un brin de vent. Comme à l'aller, certaines portions demandent de l'attention si on ne veut pas se retrouver coincés dans le maquis. Cela nous est d'ailleurs arrivé à l'approche de la ligne de crête secondaire et nous avons mis près de cinq minutes à retrouver la trace, cela malgré le support du GPS ! En quittant cette crête secondaire au niveau de l'épingle à cheveux, le sentier ne pose plus de problème et la finale sur le Mare e Monti n'est qu'une simple formalité.
                Arrivés au campement de Girolata vers 13h30 sous une chaleur plus supportable mais encore significative, je n'ai vraiment aucune envie de remonter à Bocca a Croce dans la foulée (ni d'ailleurs en fin de journée, car nous avons prévu de terminer notre séjour sur la côte Est, ce qui nécessite plusieurs heures de route). Nous décidons donc de passer l'après-midi à Girolata, plus exactement dans une petite crique à l'ouest du fortin, et de remonter sur Bocca a Croce le lendemain matin de bonne heure.



Troisième étape : De Girolata à Bocca a Croce
Le vendredi 22 août 2014



                Après un réveil matinal, et le démontage de la tente, nous nous mettons en route, à la fraîche, à 6h40 du matin, l'heure du lever du soleil. A cette heure-ci, pas moyen d'aller prendre un café dans une des gargotes de la plage, le petit déjeuner sera pour plus tard ! Le sentier est évidemment tout aussi désert que les gargotes. Au fur et à mesure que nous avançons, le soleil éclaire de mieux en mieux le secteur entre Cala Vecchia et Punta Scandola, comme le montrent trois des photos de la première série de cette page, photos prises lors de cette remontée.
                Arrivés une heure plus tard à Cala di Tuara, nous croisons un groupe de kayakistes qui ont bivouaqué sur la plage ; notre passage les a sans doute réveillés. La remontée vers Bocca a Croce est tout aussi déserte, ainsi que l'immense parking faisant face aux Calanches de Piana. Nous y arrivons à huit heures et demi. Comme nous avions laissé des vivres et le réchaud à gaz dans la voiture, nous profitons de ce superbe emplacement pour prendre un petit déjeuner conséquent... Nous l'avions prévu en remontant depuis Girolata une réserve d'eau suffisante pour préparer notre café !




Capu Purcile : le belvédère à la fois le plus merveilleux et le plus confidentiel de la côte Corse !


Retour au sommaire Nos sorties bivouac