Monte Corona


                Pour notre première randonnée de mise en jambe de notre séjour 2007 en Corse, le cahier des charges proposé par Sophie était fort exigeant : pas trop long, pas trop difficile, pas trop de voiture, pas déjà réalisé, tout en présentant plein d'intérêt... Pour ne pas m'exposer à de mauvaises surprises, je me suis rappelé d'une rando faite en 1998 à trois (David, Alain -un ami- et moi-même) dont j'avais gardé un excellent souvenir, mais sans avoir pris la moindre photo...
                Autant le dire tout de suite, mes souvenirs avaient un peu sous-estimé les difficultés de cette boucle, et celle-ci devrait plutôt figurer dans le chapitre nos 20 GR... En revanche, un aller retour à Monte Corona par le col de Tartagine (donc sans passer par le col de l'Ondella) est d'une difficulté globale tout à fait comparable à plusieurs des autres randonnées dans ce chapitre, et ce sommet d'une allure débonnaire est sans aucun doute un des plus beaux belvédères de Corse. De plus l'itinéraire jusqu'au col de Tartagine est surligné en rouge depuis l'édition 3 de la carte IGN «: Corte Monte Cinto »...
                Cette année, les premières balades se feront à trois (Sophie, Thomas et moi), David et Sarah ayant eu d'autres occupations durant cette période...
                Reprenons : pas trop loin en voiture ? Depuis l'Ostriconi, 23 km en ligne droite certes, mais 55 km par de petites routes particulièrement tortueuses dont 6 km de piste (facile)... Bref pas loin de deux heures de voiture pour arriver à notre point de départ... Pas la franche réussite pour le temps passé en voiture... A remarquer que le guide Didier Richard propose de laisser la voiture à la maison forestière de Tartagine Melaja, ce qui évite les 6 km de bonne piste au profit de 1h30 de marche à pied (aller)... on peut donc réduire le temps passé en voiture !

Réalisé d'après la carte IGN Top 25 425OT

Téléchargez corona.gpx, la trace GPS de la randonnée avec 421 cairns virtuels
(pour son utilisation, voir la page conseils) ; pour un affichage direct dans Google Earth : corona.kml
Survolez le trajet avec Google Earth via Sitytrail.com et tracegps.com...



                Il n'y a pas foule dans le secteur de la maison forestière de Tartagine, mais nous avons tout de même réussi à croiser sur la piste une voiture avec deux bergers essayant de repérer leur troupeau ; évidemment nous n'avons pas pu les renseigner... Nous ne verrons plus personne (pas de troupeau non plus), jusqu'au soir où sur cette même piste nous croiserons quelques promeneurs...
                Nous garons la voiture près du pont sur la Tartagine, car le trajet du guide Didier Richard passe par là, mais il aurait été plus opportun de la garer près du pont de la Calanca Mozza : le trajet vers le col de Tartagine est en effet fléché depuis ce pont, nous le constaterons au retour !
                Départ à 9h25, vers 1220 mètres d'altitude, à l'estime donc, sur de vagues sentes assez faciles à parcourir ; elles permettent, sous couvert végétal, de longer plus ou moins la Tartagine... alors que le sentier partant de l'autre pont est bien tracé ! Pour le départ de cette balade suivez donc plutôt le pointillé sur la carte ci-dessus que notre trace GPS...
                Assez rapidement, le couvert végétal disparaît pour laisser place à un environnement permettant une progression très facile. En point de mire, Capu a u Dente, incontestablement la star du secteur, dont l'ascension présenterait quelques difficultés pour les randonneurs. Au début, les deux pointes caractéristiques sont bien visibles, mais au fur et à mesure de notre progression, son aspect original s'estompe pour prendre un aspect assez quelconque...
                Après une demi-heure de marche, depuis une petite plate-forme, le col de Tartagine se découvre... premier arrêt photo de la journée. La suite deviendra bientôt évidente dès que nous aurons trouvé le sentier menant au col. Il présente un profil idéal pour avancer relativement rapidement, et après quelques lacets, nous atteindrons le col de Tartagine un peu après 11 heures.
                Même si la vue depuis le col présente un intérêt certain, nous décidons de gagner une centaine de mètres supplémentaires en direction de Monte Corona, sur un sentier bien cairné : la vue sur le golfe de Calvi s'ouvre ainsi progressivement devant nous. Un quart d'heure de pause sera fort utile pour profiter du paysage tout en dégustant quelques fruits... A environ un kilomètre, et 400 mètres plus bas, Ortu di u Piobbu est bien visible : il s'agit du refuge le plus au nord du GR20. A cette heure-ci, les randonneurs partis de Calenzana ne sont pas encore arrivés, ce qui explique le peu de monde... on arrive tout de même à identifier 5 personnes et un chien sur la photo !
                Il reste une demi-heure pour atteindre le sommet de Monte Corona, avec un cheminement toujours aussi évident... A noter toutefois que la trace principale contourne le sommet, alors qu'une montée directe empruntant de suite le pierrier sommital serait un peu plus efficace.


8h01 : Depuis la route, Monte Corona au loin, au centre de la photo ; Monte Padru tout à gauche 8h42 : Depuis la piste, à droite, Capu a u Dente et derrière l'arbre, le col de Tartagine 10h00 : Après une demi-heure de marche, le col de Tartagine apparaît quelques 400 m plus haut Sur le versant nord de la vallée : Capu a u Dente, Bocche Bianche (bien blanche) et Punta Radiche Capu a u Dente, accessible en escalade seulement attire l'attention à notre droite

11h47 : Vers 1970 mètres d'altitude, la vue s'ouvre sur le golfe de Calvi Le col de Tartagine, dominé au nord par Capu a u Dente Capu a u Dente, Bocche Bianche et Punta Radiche ; plus loin au-dessus du col, Monte Grosso Zoom sur Ortu di u Piobbu : le refuge le plus au nord du Gr20 bien visible quelques 400 mètres en contrebas


                Nous passerons près d'une heure au sommet, pique-nique compris, un peu plus que d'habitude... Je suis rassuré : le cahier des charges est maintenant fort bien respecté : montée pas trop longue, pas trop difficile, et un belvédère, conforme à mes souvenirs, tenant toutes ses promesses, avec en prime un ciel très clair et une visibilité permettant d'identifier par exemple les reliefs du Cap Corse !
                En face de nous, au sud, l'ensemble du massif comprenant Monte Cinto (2706m), avec à sa gauche Capu Biancu (2562m), Capu a u Verdatu (2583m), Capu Sellola (2592m), Capu Ciuntrone (2656m), et à sa droite, la Pointe des Eboulis (2607m), Punta Crucetta (2499m) derrière laquelle émerge Capu Falu (2540m), puis Capu Larghia (2503m) et Punta Minuta (2556m).
                Paglia Orba et Capu Tafonatu , un peu plus loin se font bien sr particulièrement remarquer ; dans la même direction, on peut suivre l'ensemble de la ligne de crête depuis Capu Ladroncellu (2145m) juste en face jusqu'à a Muvrella (2148m) en passant par Punta Mezzagnu, Capu a u Carrozzu et Capu di a Marcia ; Un peu plus loin en direction du col Perdu, Punta Stranciacone, Punta a u Missoghiu et le pic Von Cube... Les étapes 2 3 et 4 du GR20 passent le long de ces sommets (sans oublier l'étape 5 se terminant tout près de Paglia Orba. Quant à l'étape 1 du GR20, il suffit de regarder vers le golfe de Calvi : le Gr20 passe tout près de Capu a u Ghiovu (1629m) avant d'atteindre le refuge d'Ortu di u Piobbu que nous avions vu tout à l'heure... Bref Monte Corona permet aussi d'apprécier le parcours des premières journées du GR20.
                Vers le nord-ouest, le golfe de Calvi est toujours aussi splendide, et quelques nuages agrémentent les petits sommets surplombant la côte ouest que sont Capu Pianu et Monte Cintu (un petit frère) à quelques 800 mètres d'altitude. Au nord Capu a u Dente et Punte Radiche , avec entre les deux, au second plan, Monte Grosso, un autre belvédère sur le golfe de Calvi, tout aussi facile d'accès que Monte Corona (j'y avais fait un passage en 1998 avec David, sans appareil photo... et on peut lire ici un récit de son ascension par un botaniste en 1908). A l'est, Monte Padru (2390m) fait partie des sommets inscrits sur la longue liste des balades à réaliser....


La vallée de Tartagine, avec Monte Padru en vedette à droite... et au loin les reliefs du Cap Corse ! La vallée de l'Asco encadrée par Monte Padru et la chaîne de Monte Cinto Panorama vers le sud-est, de Capu Biancu à Punta Minuta Vers le sud, la ligne de crête partant de Capu Ladroncellu à a Muvrella Panorama vers le sud-ouest, Paglia Orba derrière Monte Ladroncellu au premier plan

Monte Padru (2390m) et à sa droite le col de Tula (2035m) Capu Biancu (2562m) à gauche et Capu a u Verdatu (2556m) à droite De gauche à droite : Capu Ciuntrone (2656m), Monte Cinto (2706m) et la pointe des Eboulis (2607m) De gauche à droite : Capu Larghia (2503m), Capu Rossu (2498m) et Punta Minuta (2556m)

Derrière Capu Ladroncellu, Paglia Orba et Capu Tafonatu à quelques 13 km... Zoom sur Paglia Orba et Capu Tafonatu Zoom sur Capu a u Ceppu (1951m) ; au premier plan tout à gauche Punta Pisciaghia (2012m) Au-dessus du col de Tartagine, Capu a u Dente ; Monte Grosso au second plan De 12h28 à 13bh24 : lieu de pique-nique au sommet de Monte Corona...

Un peu plus bas, Capu Ghiovu (1629m) domine la région de Calvi ; le GR20 passe à proximité Un nuage accroche Capu Pianu et Monte Cintu à quelques 800 mètres d'altitude L'aéroport de Calvi, un peu plus loin la ville de Calvi, et au fond la pointe de la Revellata Depuis Monte Corona, zoom sur Calvi et la pointe de la Revellata


                Pour la suite de notre balade, j'avais envisagé plusieurs options dont un aller retour à Capu Ladroncellu, aller tutoyer Capu a u Dente, ou bien poursuivre la boucle vers le col de l'Ondella. Sophie préférant ne pas trop forcer pour cette première balade, c'est cette dernière solution qui a été retenue... Il s'agit de longer la ligne de crête menant à ce col, en perdant progressivement de l'altitude ; ce trajet ne figure dans aucun des documents dont je dispose, il se fait hors sentier et n'est pas cairné.
                L'orientation ne pose pas de difficulté majeure, les options les plus naturelles ayant été chaque fois bonnes (comme lors de cette même traversée en 1998). Notre trace GPS me semble d'ailleurs une bonne référence pour effectuer ce trajet sans rencontrer d'obstacles. Ce dont je ne me souvenais pas, c'était que le terrain était relativement pénible : des pierriers à profusion qu'il faut traverser à flanc... avec toujours le pied droit en aval... Comme devenir dahu (voir l'article sur wikipedia) ne fait pas partie de nos objectifs, un tel exercice n'est pas forcément recommandable...
                Il nous faudra deux bonnes heures pour négocier ce trajet de 2,3 km en ligne droite (2,7km en suivant notre trace), conduisant à une fatigue certaine, qui plus est, fort dissymétrique ... L'environnement proche ainsi que le spectacle sur la chaîne de Monte Cinto sont chouettes et valent à mon avis le détour... Sophie n'est pas du même avis, la gestion des pas monopolise l'attention et ne permet pas de profiter du paysage... Mauvais point compte tenu du cahier des charges initial !
                Avant d'arriver au col de l'Ondella, nous dominons les lacets bien rectilignes du sentier menant de la vallée de l'Asco à la vallée de la Tartagine. Si ce sentier était jadis bien fréquenté, ce n'est plus le cas aujourd'hui, et sur l'édition 3 de la carte IGN «: Corte Monte Cinto »:, il vient même de perdre sa coloration rouge : encore quelques randonneurs en moins à prévoir !
                Immédiatement au nord du col, ce sentier avait fait l'objet de travaux d'empierrement gigantesques, et deux éboulements partiels du sentier incitent à la prudence sur quelques mètres (peut-être la raison du changement de statut sur la carte IGN ?). A défaut de refaire les terrassements, un nouveau tracé une centaine de mètres plus à l'est du col actuel semble parfaitement possible.
                Passés les éboulements, la descente vers la vallée de la Tartagine est facile sur ce sentier qui reste en bon état dans sa partie supérieure, mais devient un peu ruiné dans sa partie inférieure ; des cairns permettent de le suivre sans encombre (attention toutefois à un endroit où on pourrait être incité à suivre le fond d'un ruisseau à sec, alors qu'il faut remonter de deux ou trois mètres pour retrouver la suite du sentier).
                Un peu avant d'arriver au petit pont sur la Calanca Mozza, un panneau indique la direction du col de Tartagine sur notre gauche : c'est par là que nous aurions d partir ce matin... En plus cela nous aurait épargné le petit bout de piste à pied pour aller rejoindre notre voiture près du pont de la Tartagine. Nous rejoignons notre voiture vers 17h15, environ huit heures après notre départ. Nous profitons de l'eau fraîche d'une source quelques mètres après le pont avant de reprendre notre voiture. Malgré les deux heures de route devant nous, et les quelques écarts au cahier des charges de Sophie, tout le monde est finalement fort content de cette première balade !


14h02 : Monte Corona à gauche et Capu a u Corbu au centre Un des pierriers à traverser : direction la brèche au centre de la photo... 14h17 : Monte Cinto et sa ligne de crête entre Capu Biancu et Capu Larghia, depuis le point le plus au sud de notre boucle 15h16 : les lacets menant au col de l'Ondella visible à gauche ; Cima di a Statoghia en face La ligne de crête menant de Capu di a Marcia à Capu Landroncellu ; plus loin à gauche Capu Larghia et Punta Minuta

15h44 : vue sur le sentier au nord du col de l'Ondella ; Capu a u Dente en face Regard en arrière sur le col de l'Ondella et son versant nord 16h05 : Sophie s'affaire quelques instants sur le seniter du col de l'Ondella ; il faudra encore une bonne heure pour finir la boucle... 17h29 : depuis la piste, regard en arrière sur Capu a u Dente et le col de Tartagine


                Pour aller à Monte Corona, l'option par le col de Tartagine est certainement la plus agréable, mais d'autres trajets sont possibles : on peut bien sr suivre la première étape du GR20 pour retrouver ensuite le col de Tartagine par son versant ouest (une très grosse balade limite pour une journée, le départ étant situé à Calenzana à 300 mètres d'altitude...) ; autre option : partir de la vallée de l'Asco (point côté 949m) jusqu'au col de l'Ondella puis poursuivre par la traversée (5 à 6 heures pour l'aller). Des trajets par la ligne de crête passant par a Muvrella et Capu Ladroncellu semblent également possibles, mais exigent de passer une nuit par exemple au refuge d'Ortu di u Piobbu...
                En tout cas si vous êtes engagés sur le GR20, en fonction de votre état de fraîcheur, un aller-retour vers Monte Corona depuis le refuge refuge d'Ortu di u Piobbu vaut sans aucun doute le détour ! Il est même possible d'envisager une variante alpine passant par Monte Corona et Capu Ladroncellu entre le refuge et le point côté 2087m sur la carte IGN (voir par exemple la randonnée 2 du livre « Corse des sommets » aux éditions Albiana).


Retour au sommaire Chouettes randonnées