Lac d'Oriente

                Le secteur de la Restonica est fort réputé pour ses lacs de Melo et de Capitello, mais plusieurs autres plans d'eau moins connus, dont bien sûr le lac d'Oriente sont accessibles depuis cette vallée. Nous l'avions déjà remarqué ce lac trois ans auparavant depuis le sommet de Monte Rotondo... Voici d'ailleurs une photo que nous avions ramené ce jour-là...


                Le départ pour le lac d'Oriente se situe à 1030 mètres d'altitude, un peu après le Pont de Timozzo, quelques quatre kilomètres du terminus de la route. Le plus difficile est de trouver un emplacement pour se garer vers dix heures du matin, car les rares places ont été prises par les randonneurs partis à une heure plus matinale. Nous laissons Sophie, Sarah et David ainsi que les sacs à dos près du point de départ (où il est interdit non seulement de stationner mais aussi de s'arrêter...) ; accompagné ensuite par Thomas -pour m'aider lors d'éventuelles manœuvres délicates-, je finis par trouver un bon emplacement quelques 500 mètres plus bas, non loin du pont de Tragone, sur la Restonica.
                Nous rejoindrons le point de départ, en longeant un bel embouteillage... car un gros mini-bus qui redescend a de grosses difficultés pour croiser les nombreuses voitures se rendant au parking de la Restonica... Pas très engageant tout cela, mais rassurez-vous, c'est la seule vraie difficulté de la balade, pour peu que mille mètres de dénivelé ne vous fassent pas trop peur. Un panneau en bois donne quelques indications : les bergeries de Timozzo (1h30), le lac d'Oriente (3h00) et le Rotondo (sans indication de temps).
                Vers 10h30, nous nous équipons donc de nos sacs à dos, bien plus lourds que d'habitude (l'explication se trouvant à la fin de cette page). Une piste (non ouverte au 4x4, rassurez-vous) permet d'abord de gagner une bonne centaine de mètres, puis toujours sous couvert végétal, un sentier s'élève en rive gauche du Timozzo avec de nombreux lacets, jusqu'au panneau indiquant vente de fromage ». Je me demande un instant si les enfants (toujours en tête cette année) ne nous font pas une farce, avant de voir moi-même le panneau... En fait c'est la bergerie de Timozzo qui propose sa production aux randonneurs. Celle-ci est maintenant à une dizaine de minutes de marche seulement.
                Sauf si on veut faire le petit détour pour acheter du fromage (les bergeries se verront ensuite pendant une bonne heure en contrebas), il ne faut pas suivre le panneau et prendre la bifurcation montant à droite. Les derniers arbres se trouvent à ce niveau, et le sentier bien cairné mais somme toute assez raide ne pose aucune difficulté particulière, si ce n'est quelques massifs d'aulnes qui mériteraient d'être parfois un peu mieux défrichés.
                Après avoir traversé le Timozzo une première fois près d'une belle petite cascade au lieu dit Triggione, nous arrivons près d'un col qu'il ne faut pas franchir, mais qui mérite un détour de quelques mètres pour bénéficier d'une vue plongeante dans le vallon de Riviesco au fond duquel émerge au loin le sommet du San Petrone. Des rochers assez imposants barrent le Nord-Est du col. Il est 13 heures, et nous commençons à avoir une petite faim... Bien entendu, pas question d'anticiper le repas avant le lac... D'ailleurs les enfants doivent y être ou presque : ils nous ont laissés sur place dès qu'ils ont cru que le lac n'était pas trop loin...
                La carte montre qu'il reste du chemin à parcourir, mais le sentier est maintenant nettement moins raide. Une succession de petites cuvettes herbeuses nous font pourtant croire à plusieurs reprises que le lac est juste là ; c'est souvent le cas lorsqu'on approche une étendue d'eau à la limite d'anciens glaciers... Vers 2060 mètres d'altitude, après un peu plus de trois heures d'efforts, nous sommes enfin récompensés en découvrant le lac d'Oriente et l'emplacement où nos enfants ont décidé de déjeuner... et de faire la sieste...







                Le lac est très peu profond et bien plus petit que je ne l'imaginais, nous l'avions déjà vu depuis le sommet de Monte Rotondo trois ans auparavant, et aussi en double page dans un livre sur la Corse. Il s'agit d'un vrai petit joyau entouré de quelques pozzines, et d'une herbe épaisse caractéristique de ces pozzines corses qui invitent à la sieste... Nous imaginons même passer la nuit à la belle étoile, mais cela compromettrait quelque peu le programme assez chargé du lendemain...
                Quatre ou cinq groupes de randonneurs ont déjà choisi leur emplacement au bord du lac, mais celui-ci est assez grand pour pouvoir disposer d'un endroit de rêve sans gêner les premiers arrivants. Nous fixons le départ vers 16 heures ce qui nous laisse plus de deux heures pour profiter du site... Une pause d'une durée bien inhabituelle pour nous...
                Avant la sieste, c'est l'heure du déjeuner, et comme pour les autres balades de cette année, la pastèque nous servira d'entrée et de dessert... Elle était assez grosse (6 kilogrammes), et comme nous étions plus chargés que d'habitude, nous avions décidé de la laisser à domicile... En fait David l'a fourrée en cachette au fond de son sac à dos (qui nous paraissait bien gros d'ailleurs) pour nous faire la surprise à l'arrivée !
                Sauf en cas de fatigue insurmontable, il serait dommage de ne pas continuer à suivre les cairns vers Monte Rotondo, pendant disons un petit quart d'heure (ou plus suivant les goûts et la forme) pour profiter d'une vue magnifique sur le lac et ses pozzines, d'autant plus que l'éclairage est favorable car le sentier s'élève avec le lac dos au soleil. C'est sur ce sentier que l'on découvre toute la splendeur de ce lac, le plus beau de Corse à notre avis... Bien plus chouette que le lac de Melo -à moins de 4 km en ligne droite- où beaucoup de monde s'agglutine en cette période de l'année... Heureusement qu'il n'y a pas de parking au départ du lac d'Oriente !









                Pendant notre sieste, plus exactement celle de nos enfants (...), nous verrons progressivement les quelques randonneurs qui avaient passé la journée au bord du lac redescendre vers la Restonica... Nous verrons également quelques autres groupes de randonneurs faire une petite halte durant leur descente de Monte Rotondo... ce sommet et quelques autres forment vers 2600 mètres d'altitude une muraille bien impressionnante au Nord du lac d'Oriente...
                Bizarre me direz-vous que nous nous contentions de faire la sieste jusqu'à 16 heures de l'après-midi au bord du lac d'Oriente à proximité de cet impressionnant sommet... Serions nous devenus moins vaillants ou plus pantouflards ? Au début de cette page, j'indiquais que les sacs à dos étaient plus lourds que d'habitude... Il y avait certes la pastèque, mais il y avait surtout de quoi faire notre premier bivouac en Corse, à Monte Rotondo, dans un abri sommairement aménagé à quelques mètres du sommet à 2622 mètres d'altitude !
                Pas de description donc du chemin du retour... si vous êtes intéressé par la suite de la journée, allez faire un détour par la page Monte Rotondo du chapitre nos 20 GR, sa quatrième partie !


Si vous aimez les plans d'eau en montagne, pensez à faire figurer le lac d'Oriente en toute première place parmi vos projets de randonnées en Corse



Retour au sommaire Chouettes randonnées